Les réformes d’Emmanuel Macron en matière d’urbanisme et de logement

LES RÉFORMES D'EMMANUEL MACRON EN MATIÈRE URBANISME ET DE LOGEMENT

 

Le président compte mettre en place une politique d’urbanisme mesurée et ciblée à destination des jeunes et des personnes en situation précaire, afin de favoriser la mobilité professionnelle.

 

Les nouvelles règles d’urbanisme en zone prioritaire

Emmanuel Macron envisage de créer de nouveaux logements dans les zones dites « tendues », là où la demande est excédentaire, notamment en région Ile de France ou encore dans l’agglomération toulousaine.

Ces zones correspondent également à des enjeux majeurs en termes d’emplois et d’infrastructures de transport.

Cette politique de l’offre a pour objectif de faire baisser les prix afin de faciliter l’accès au logement aux personnes à bas revenus.

Dans ces zones prioritaires, le permis de construire pourrait dorénavant être délivré par la métropole ou l’intercommunalité, qui se substituerait au maire parfois réticent à autoriser les constructions pour des raisons d’ordre politique.

Cette compétence pourrait également être directement transférée à l’Etat dans l’optique d’alléger les règles de constructibilité et d’accélérer les procédures, y compris en limitant les possibilités de recours.

 

Une politique de logement adaptée aux jeunes et à la mobilité professionnelle

Conscient des difficultés pour les jeunes à trouver un logement, Emmanuel Macron prévoit de créer 60 000 possibilités d’habitat pour les étudiants et 20 000 pour les personnes en activité.

Le président nouvellement élu souhaite intégrer  30 000 logements jeunes accessibles sans dépôt de garantie au parc social, sans demande de caution et pour un bail non renouvelable.

Pour diminuer les coûts liés à la mobilité, le président veut expérimenter le « bail mobilité professionnelle » dans certaines zones tendues.

Ce bail serait mis en place pour une durée comprise entre 3 mois et un an, sans dépôt de garantie et dédié aux salariés en CDD.

Il reste néanmoins à convaincre les propriétaires de louer leur logement sur du très court terme, sans pour autant se tourner vers le marché du tourisme.

 

L’urbanisme social et écologique dans la continuité des politiques antérieures

L’effort de production des logements sociaux s’inscrira dans la continuité du quinquennat de François Hollande, dans zones où la demande est la plus importante.

Le président entend créer un système de points dans sa politique d’attribution des logements sociaux qui en renforcerait la transparence. Ce système serait basé sur la taille de la famille ou encore le niveau de revenu.

Emmanuel Macron souhaite développer l’intermédiation locative. C’est-à-dire donner à des associations la gestion de logements privés afin d’y loger des ménages à faibles ressources. Le gouvernement tend à demander aux bailleurs sociaux d’acheter 40 000 logements privés.

La rénovation de la moitié des « logements passoires » à horizon 2022 est une priorité du nouveau gouvernement. Il est indiqué que ces logements seront interdits à la location à partir de 2025.

Les travaux seront intégralement pris en charge par un fond public pour les propriétaires les plus précaires, sous la forme d’un remboursement au moment de la vente du bien.

Rappelons également que quatre français sur cinq ne seront plus soumis à la taxe d’habitation.

 

Autres mesures

Le président a décidé de conserver les normes de construction en vigueur afin de ne pas complexifier les procédures et de ne pas freiner les constructions.

Emmanuel Macron veut accentuer le programme de rénovation urbaine pour atteindre 10 milliards d’euros, afin de traiter les problèmes des 450 quartiers sélectionnés.

Il mènera par ailleurs un grand plan de rénovation des bâtiments publics, de l’Etat et des collectivités locales pour un montant de 4 milliards d’euros.

 

Afin d’obtenir plus d’informations, retrouvez les formations d’actualité EFE en matière d’uranisme et d’aménagement en cliquant ici..