La démarche HQE™ – Aménagement

Nathalie Sément
Chargée de mission

1) Pouvez-vous nous présenter la démarche HQE™ – Aménagement et ses origines ?

La démarche Haute Qualité Environnementale (HQE), née dans les années 90, vise à la réalisation de bâtiments sains et confortables dont les impacts sur l’environnement sont les plus maîtrisés possible. Historiquement, l’Association HQE a donc été créée pour promouvoir et faire vivre cette démarche de qualité environnementale sur les bâtiments, en constituant une plate-forme des acteurs de la construction et de l’aménagement durables.

Ses réflexions se sont rapidement propagées à l’échelle des opérations d’aménagement selon un double constat : la juxtaposition de bâtiments HQE ne répondait pas à l’enjeu de l’aménagement durable et la performance d’un bâtiment HQE serait d’autant plus grande qu’il aura été pensé dans le cadre d’un projet d’urbanisme à part entière.

La démarche HQE™ – Aménagement porte l’essence de la HQE appliquée à des opérations d’aménagement : intégrée et volontaire, elle est à l’initiative des porteurs de projets. Globale et multicritère, elle couvre l’ensemble des champs de l’aménagement durable. Elle a été officialisée en 2010 à la suite de plusieurs années d’expérimentation et d’un travail collectif multi-acteurs.

2) À qui s’adresse-t-elle ?

La démarche HQE™ – Aménagement s’adresse à tous les acteurs de l’aménagement, qu’ils soient publics ou privés. Elle constitue, pour les maîtres d’ouvrage d’opérations d’aménagement, un outil pour la gestion de projet, selon une démarche qualité, dans une optique de développement durable. La démarche intéresse aussi l’ensemble des parties prenantes dans le cadre d’une opération d’aménagement puisqu’elle requiert l’implication de tous les acteurs à chaque étape du projet en définissant des modalités pour la participation.

3) Comment s’articule-t-elle dans la réglementation de l’urbanisme ?

La démarche HQE™ – Aménagement est un outil de gestion de projet générique, elle peut donc s’appliquer à toute opération d’aménagement sans distinction de taille, de procédure, de contexte territorial ou de destination : ZAC ou lotissement, renouvellement ou neuf, urbain ou rural, habitat ou activité.

Elle ne se substitue pas à la réglementation de l’urbanisme, mais vise à aller plus loin. Ainsi, HQE™ – Aménagement ne définit pas de niveau de performance a priori, mais elle oblige les porteurs de projets à se fixer des objectifs de qualité, de niveaux ambitieux et adaptés. Ces objectifs doivent être hiérarchisés, formalisés et évalués tout au long du projet.

4) Qu’est-ce que le Système de Management de l’Opération (SMO) ?

Le système de management de l’opération constitue le véritable fil conducteur de la démarche. Il est structuré selon le déroulement type d’une opération d’aménagement et définit, à chaque phase clé, des exigences en termes de pilotage, de participation et d’évaluation. Outil de gouvernance également, il permet d’organiser la conduite de l’opération et d’optimiser l’effort des acteurs en vue d’un aménagement durable pour, in fine, permettre des modes de vie plus vertueux.